4 avril 2012

Energie solaire et guerre commerciale avec la Chine ?

Par Chalom SCHIRMAN
Nouvelles Energies

(c) AFP
La plupart des analystes s’accordent pour nous convaincre que le monde sera
« meilleur » quand les énergies baptisées « alternatives » remplaceront de façon significative les hydrocarbures. Cette substitution à venir aura des effets positifs tant climatiques que géopolitiques, sur le réchauffement causé par le CO2 et sur l’indépendance des pays consommateurs vis-à-vis des pays producteurs d’hydrocarbures.
Cependant, comme vient de le rappeler Daniel Yergin dans son nouveau livre (seulement en anglais pour le moment) sur « L’énergie, la sécurité et le refaçonnement du monde », cette relève des énergies propres et renouvelables n’est pas pour demain et ne commencerait à produire des bénéfices conséquents qu’après 2030. On se souviendra donc de la remarque de Keynes : « Sur le long terme, nous sommes tous morts ». Que se passe-t-il en attendant ?
En attendant, il semble bien que la politique et des considérations géopolitiques et géo-économiques mettent des bâtons dans les roues d’un processus qui dépend de la diminution des prix relatifs des énergies renouvelables.
En effet dans le monde réel, les décisions prises par les responsables politiques ne contribuent pas nécessairement à accélérer le processus de remplacement des énergies polluantes.
Dernière illustration : la décision d’Obama d’imposer des droits de douane sur les panneaux solaires importés de Chine, au motif –avéré- que les producteurs chinois bénéficient de subventions gouvernementales importantes.
Pour le moment ces droits sont faibles (de 3 à 5 %) et les Chinois ne s’en plaignent pas, mais après les élections américaines (surtout si les Républicains les gagnent) et peut-être même avant (lors d’un débat sur le dumping chinois prévu aux Etats-Unis en mai 2012) il y a de fortes chances que ces taxes augmenteront significativement.
La probabilité d’affrontements commerciaux supplémentaires avec la Chine est multipliée par ce qui se passe à propos des « terres rares », composantes cruciales dans un grand nombre de processus industriels de haute technologie. Les Chinois ont imposé une sorte d’embargo sur leurs exportations alors qu’ils contrôlent plus de 95% de la production mondiale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire