20 octobre 2011

Relations des prix du pétrole et des marchés financiers : enjeux et perspectives

Par Christophe SCHALCK
Pétrole & Matières premières

Dans l’économie du XXIe siècle, deux éléments semblent peser fortement sur les économies : le prix du pétrole à travers la hausse des coûts induits, et le rôle des marchés financiers à travers les moyens de financement des acteurs économiques. Une question intéressante est l’analyse des relations qui pourrait unir ces deux éléments fondamentaux.
Les études académiques ont montré que les changements dans les prix du pétrole joueraient un rôle non négligeable dans l’explication des rendements existants sur les marchés financiers, que ce soit dans les pays développés ou dans les pays émergents. Toutefois, cette relation n’est pas uniforme dans la mesure où : (i) elle est asymétrique en fonction de l’évolution du prix du pétrole ; (ii) elle est différente selon le pays concerné ; (iii) elle dépend du secteur d’activité ; (iv) elle dépend de l’évolution du taux de change.
La période récente est caractérisée par une forte volatilité des prix du pétrole et des marchés financiers. Le « printemps arabe » a accentué la tendance haussière du prix du pétrole mais le prix a fortement évolué au gré des évènements géopolitiques et des réactions des pays producteurs. Les difficultés de l’économie américaine à sortir d’abord de la crise des subprimes, puis de celle des dettes souveraines en Europe ont fortement impactés les indices boursiers.
Dans ce contexte mouvementé, une problématique cruciale est le devenir de cette interaction entre le prix du pétrole et les rendements des marchés financiers. Deux scénarii sont possibles. Le premier est que les évènements aient renforcé ces liens. Dans ce cadre, on ferait face à un cercle vertueux (une volatilité faible des prix du pétrole et des performances financières élevées) ou un cercle vicieux (une volatilité forte et une instabilité financière). Le second scénario est une modification de la relation avec éventuellement une déconnexion entre le marché du pétrole et les marchés financiers. Cette hypothèse pourrait notamment traduire un changement de gouvernance dans les entreprises, en particulier celles du secteur pétrolier, ou une logique financière propre partiellement déconnectée des fondamentaux. La financiarisation du marché du pétrole, où les anticipations de marché influencent de plus en plus les comportements d’offre et demande, ainsi que la pression politique et réglementaire pour une meilleure transparence du secteur, tendraient à privilégier le premier scénario.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire